16 Novembre 2010

CARDIOSCIENCE

Le problème de déconditionnement cardiovasculaire auquel sont confrontés les spationautes après un séjour de longue ou même de courte durée en impesanteur reste au centre des préoccupations des médecins chargés du suivi médical des spationautes durant leurs missions.

Objectif

Malgré l'amélioration des méthodes de prophylaxie des effets indésirables de l'impesanteur, lors de leur retour sur Terre, les spationautes ont besoin de suivre un cycle de réadaptation et de réhabilitation, et dans la majorité des cas, dans les heures qui suivent l'atterrissage, ils nécessitent une aide de chaque instant du fait d'une hypotension orthostatique.

CARDIOSCIENCE est consacrée à l'étude de la régulation végétative de la pression artérielle et du rythme cardiaque.

  

Concept Opérationnel

L'expérience est réalisée sur deux spationautes (un français et un russe) au repos à J-60 et J-30 (avant le décollage) , à J4 et J6 (pendant le vol) , ainsi qu'à J+1 et J+5 (après l'atterrissage). Les examens sont réalisés le matin, 1h30 après la prise de nourriture. Les examens ne doivent pas précéder des efforts physiques.

Matériel utilisé

 

Deux instruments sont utilisés simultanément, le Portapres et l’EFR, instrument de recueil de l’électrocardiogramme, de l’intervalle R-R et de la fréquence respiratoire.

 

  • L’EFR permet de mettre en forme le signal ECG et de générer des impulsions à chaque pic R et à chaque expiration.La fréquence respiratoire est mesurée à l’aide d’un capteur maintenu sur la cage thoracique par une ceinture élastique ajustable. Le capteur restitue sous forme de signal électrique les variations de volume de la cage thoracique. Le boîtier électronique de l’EFR génère un top synchrone de fin d’expiration au format TTL (0-5 Volts) et le transmet au Portapres, sous forme d’impulsion de largeur calibrée, utilisée pour la datation du signal. Une led en face avant de l’EFR s’allume à chaque expiration.Le signal ECG est mis en forme à partir d’une dérivation bipolaire (3 électrodes placées sur la poitrine du sujet). Il est transmis pour enregistrement vers le PORTAPRES (transmission en mode unipolaire). L’EFR génère le top synchrone du pic R à partir du signal ECG. Ce top est une impulsion de largeur calibrée au format TTL permettant la datation du pic R à la milliseconde près.

 

  • Le Portapres assure les fonctions suivantes :

-mesure et enregistrement de l’onde de pression artérielle en continu au bout du doigt selon la méthode de PEÑAZ,

-enregistrement du signal ECG fourni par un système externe : l’EFR, décrit ci-dessus,

-datation et enregistrement de l’intervalle R-R avec une résolution de 1 milliseconde (à partir d’un signal externe fourni par l’EFR),

-datation et enregistrement de la fréquence respiratoire avec une résolution de 5 millisecondes (à partir d’un signal externe fourni par l’EFR).

 

Voir aussi